Ciao la pilule !

Mis à jour : 25 sept. 2019



Au début de l'année, j'ai décidé d'arrêter la pilule, après quasiment 12 ans de prise. Pourquoi ? Comment ? Est-ce que j'ai des effets secondaires ?

Je vais tout te dire !


Juste en guise de préambule, je tiens à préciser que ce choix est personnel, que je n'incite ici personne à faire la même chose, et que ceci n'est que le résumé de mon expérience.

C'est que le début, d'accord, d'accord...

(Francis Cabrel, sors de ce corps !)


A la fin de mon adolescence, j'ai rencontré mon premier mec. J'étais encore vierge et je me suis dis qu'il serait bon de penser à un moyen de contraception. Mon médecin traitant de l'époque m'a tout de suite dirigé vers la pilule, sans vraiment me parler des autres possibilités. J'ai commencé une plaquette et là, l'horreur ! Des pertes NON STOP pendant des semaines. Je suis donc retourné consulter et on m'a prescrit Minidril. Je l'ai pris sans me poser de questions pendant de nombreuses années. Puis il y a 3 ans, mes douleurs de règles étaient vraiment très (trop !) importantes. J'ai donc consulté une gynéco spécialisée dans l'endométriose. Il s'avère que je ne suis pas malade mais pour tenter de calmer les douleurs, elle m'a prescrit une autre pilule, Adepal. J'ai débuté cette nouvelle pilule peu de temps après avoir rencontré mon chéri.


Deux ans de vie sexuelle bouleversée, une libido niveau zéro, sécheresse vaginale, mycoses et problèmes gynéco qui n'ont fait que de se succéder... Moralement, ça commençait à être vraiment très pesant et au final, les douleurs de règles étaient toujours là.

Au mois d'août 2018, je commence à penser à arrêter la pilule. J'en parle à Yves, on aborde les possibilités et les alternatives. Si j'arrête la pilule, c'est pour ne plus absorber d'hormones de synthèse, donc autant dire que quand on enlève ces moyens là, il ne reste plus grand chose.

Un projet bébé est dans les tuyaux, mais pas pour tout de suite, plutôt 2020. Mais je veux pas poser un stérilet en cuivre si c'est pour le retirer dans quelques mois. On en arrive donc au préservatif. Le chéri est rétissant, comme de nombreux hommes (et femmes aussi d'ailleurs), il ressent moins de sensations avec ce bout de plastique, pour lui c'est quasiment un obstacle. On est pas d'accord sur le sujet, on s'engueule. Fin du débat.

Janvier 2019


Après des mycoses à répétitions qui m'épuisent moralement, on reparle de ma contraception. Yves a conscience de mon état psychologique et de mes douleurs physiques. Il s'est aussi, depuis l'été, énormément renseigné sans me le dire et a lu de nombreux témoignages de femmes ayant arrêté la pilule. Avec notamment la promesse d'une libido retrouvé. Alors le 6 janvier, prise du dernier cachet de la plaquette et c'est parti l'aventure !



Je me suis lancée seule, je n'avais pas vu mon gynéco. Je me suis dis que si ça me détraquait trop, je reprendrais la pilule au cycle suivant... Mais non...

Et les effets secondaires ?


Mes deux premiers cycles sans pilule ont été bien réglées dans le sens où finalement je pense que les hormones restantes faisaient que mes cycles étaient similaires à ceux sous pilule. Niveau calendrier donc aucun effet. Par contre, j'ai vu ma poitrine, mon cou et mes épaules bourgeonner sous de magnifiques petits boutons d'acné. Pas des plus séduisants mais au moins, mon visage est plutôt épargné.


C'est finalement ces dernières semaines que tout s'est accéléré. J'ai eu à la fin de mon 2e cycle, des migraines assez pénibles qui me donnaient la sensation que j'allais m'évanouir à chaque instant. Et quelques jours avant mon 3e cycle, j'ai eu mal à la poitrine, la nausée et mal aux reins.


Ce 3e cycle a été le plus prononcé pour le moment. Des pertes très très abondantes pendant 3 jours. Et des migraines, encore et encore, avec des nausées.


J'ai aussi remarqué que mon problème de couperose était lié à mes cycles. Pendant mes règles, elle réapparait de façon plus prononcée sur mes joues... mais ça, c'est un autre souci de santé...

Les points positifs (oui, il y en a heureusement !)


A l'instant où j'écris ces lignes, je viens de terminer mon 3e cycle sans pilule. Il a mis du temps à arriver celui-ci, preuve je pense, que les hormones de synthèse quittent peu à peu mon corps.

Et aussi paradoxale que cela puisse paraître, j'ai beaucoup moins de douleur pendant mes règles sans pilule. Avant, je pouvais me tordre de douleurs, ne sachant pas si je devais me mettre debout, assise ou allongée. Je me pliais littéralement en deux, me berçant d'avant en arrière pour essayer d'apaiser la douleur. Pour le moment, ces douleurs là, je ne les ai plus. Terminé.


J'ai aussi beaucoup moins de problèmes gynécologiques, ce n'est pas totalement réglé mais ils ne s'enchaînent plus aussi fréquemment. Seule petit souci persistant : la libido. Je sens quand même qu'elle revient, mais elle a été endormie si longtemps que c'est comme un vieux diesel, il faut être patient AHAH

Pour info...


Pour suivre mon cycle, mes symptômes, etc... j'utilise l'application Flo. C'est pas mal du tout et ça permet de voir où on en est et de ne pas perdre le fil.

Et même 3 mois après l'arrêt de la pilule, j'ai parfois tendance à paniquer, à me dire "merde je l'ai oublié" alors que non, c'est fini tout ça. Mais on oublie pas 12 années d'habitude comme ça.

Tout ça pour dire


Pour finir, il y a eu, il y a quelques mois, un débat sur la question. Des personnes disaient qu'on reniait les combats qu'avaient mené les générations précédentes qui elles, s'étaient battu pour obtenir la pilule. NON ! Ces combats pour les droits sociaux et médicaux des femmes étaient nécessaires à une époque où tout ceci étaient régis par les époux ou les parents de ces dernières. Je ne remets en aucun cas en cause tous ces acquis. Mais aujourd'hui, nous avons le droit de choisir la contraception qui nous convient. Nous avons le choix. Pour le moment, mon choix s'est porté sur le préservatif. Probablement qu'un jour, cela se portera sur le stérilet en cuivre ou la symptothermie mais rien n'est figé. Et puis, pourquoi les lobbies pharmaceutiques ne développent-ils pas plus les contraceptifs masculins ? Pourquoi serait-ce encore et toujours à la femme d'avoir ce poids sur les épaules, une charge mentale de plus à ajouter à une liste déjà très longue... Quand il s'agit de trouver une nouvelle solution à un problème d'érection, tout va très vite, mais pour donner une égalité hommes-femmes au problème de la contraception, y'a plus personne !


Je vous mets ici le lien d'un super site, si vous voulez vous renseigner sur l'arrêt de pilule : https://jarretelapilule.fr/blog/

Et si tu souhaites arrêter, ne fais pas comme moi et parles-en à ton gynéco !

© 2018 par morgane_yumi. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now